Actualité européenne
Nos prochains rendez-vous

Prix Sakharov 2018

sakharov2017Chaque année depuis 1988, le Parlement européen remet le prix Sakharov pour soutenir les droits de l'Homme et la liberté de l'esprit. Cette année il revient à Opposition démocratique au Venezuela.

Article du Parlement européen :

"Le Parlement européen soutient les droits de l'homme
Le respect des droits de l'homme est l'une des valeurs fondamentales de l'Union européenne. Toute violation de ces droits met à mal les principes démocratiques sur lesquels est fondée notre société, qu'elle soit commise dans l'Union européenne ou en dehors de l'Union. Le Parlement européen lutte contre ces violations au travers d'initiatives législatives, y compris de l'observation des élections et des débats sur les droits de l'homme qui ont lieu chaque mois à Strasbourg, ainsi qu'en intégrant les droits de l'homme dans les accords de commerce extérieur.

Le Parlement européen soutient également les droits de l'homme en décernant chaque année le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit, créé en 1988. Le prix est décerné à des personnes qui ont apporté une contribution exceptionnelle à la lutte pour les droits de l'homme dans le monde, et attire l'attention sur les violations des droits de l'homme tout en apportant un soutien aux lauréats ainsi qu'aux causes pour lesquelles ils se battent.

Opposition démocratique au Venezuela, lauréate 2017 du prix Sakharov pour la liberté de l'esprit
© EU 2017 - EP/AP Images / Ariana Cubillos
Opposition démocratique au Venezuela: l’Assemblée nationale (Julio Borges) et tous les prisonniers politiques dont les noms ont été communiqués par le Foro Penal Venezolano, représentés par Leopoldo López, Antonio Ledezma, Daniel Ceballos, Yon Goicoechea, Lorent Saleh, Alfredo Ramos et Andrea González.

Le Venezuela connaît une crise politique depuis ces sept dernières années. Le parti au pouvoir n'a cessé de restreindre l'état de droit et l'ordre constitutionnel, et, en mars 2017, la Cour suprême a privé l'Assemblée nationale démocratiquement élue de son pouvoir législatif. Julio Borges, le président de l'Assemblée nationale, a résumé la situation au Venezuela en ces termes: «Ce n'est pas seulement une confrontation politique qui se joue au Venezuela. C'est une confrontation vitale, existentielle et fondée sur des valeurs».

Par ailleurs, le nombre de prisonniers politiques s'élève à plus de 600 selon le dernier rapport du Foro Penal Venezolano (Forum pénal vénézuélien), une organisation vénézuélienne de premier plan dans la défense des droits de l'homme, qui fournit une aide juridique bénévole à ceux qui ont de faibles ressources financières et qui sont présumés victimes de détention arbitraire, de torture ou de brutalités pendant des manifestations. Au nombre des prisonniers politiques figurent les principaux dirigeants de l'opposition: Leopoldo López, Antonio Ledezma, Daniel Ceballos, Yon Goicoechea, Lorent Saleh, Alfredo Ramos et Andrea González.

Le chef de l'opposition Leopoldo López avait bénéficié d'une assignation à résidence temporaire en juillet après avoir passé plus de trois années en prison, mais il a de nouveau été incarcéré en août 2017. Antonio Ledesma, autre figure de l'opposition et ancien maire de Caracas, est assigné à résidence depuis 2015, tandis qu'Alfredo Ramos, ancien maire d'Iribarren, et Daniel Ceballos, ancien maire de San Cristobal, ont également été emprisonnés, de même que l'étudiant militant Lorent Saleh. Deux citoyens espagnols, Andrea Gonzalez et Yon Goicoechea, font partie des prisonniers politiques.

Depuis le début de l'année, plus de 130 opposants ont été assassinés et plus de 500 ont été emprisonnés arbitrairement."

sakharov2017

loader

Newsletter