Pourquoi j'ai choisi de partir en volontariat européen après avoir travaillé ? [S01E02]

Saison 1 - Episode 2 | Angélique est volontaire en Estonie dans un centre de jeunesse depuis le 2 septembre 2019. Elle nous raconte pourquoi avoir choisi de partir en volontariat européen après une première expérience profesionnelle et ce que cela lui apporte. Voici le deuxième épisode de son témoignage.

Pourquoi 2 JAI CHOISI DE Partir en volontariat après avoir Travaillé 2

Saison 2 - Episode 2 : Une recherche de sens... et une première réponse ?

(Le premier épisode de la série est disponible ici)

Des études au monde professionnel

Cela faisait un moment que je cherchais un projet différent, une façon de redonner du sens à ma vie. En effet, j’ai été diplomée en septembre 2014 d’un double master professionnel et recherche en psychologie clinique option psychopathologie de la cognition et des interactions et six mois après j’ai travaillé plusieurs années comme conseillère d’orientation psychologue. J’ai beaucoup aimé mes études, dans lesquelles je me suis beaucoup épanouie malgré la sélection rude entre la quatrième et la cinquième année (il n’y avait que dix places dans le master que je voulais suivre) et le travail fastidieux pour le réussir. J’y ai rencontré des gens intéressants, engorgé plein de connaissances passionnantes, que je continue à approfondir même si je n’exerce plus depuis un moment car cela reste un sujet qui me passionne. Et il y a eu ce gros fossé entre mes études et le monde du travail. Je m’en doutais mais peu à peu, je me suis rendue compte que je ne pouvais pas travailler d’une façon éthique et responsable, je m’épuisais et j’ai donc demandé à ce que l’on ne me repropose plus de postes l’année suivante. J’ai cherché des postes dans d’autres institutions, évalué la possibilité de faire du libéral mais en vain. J’étais perdue et cherchais toujours du sens à un projet professionnel qui ne venait pas. Et puis un jour, une lumière au bout du tunnel est apparue...

Pourquoi faire un service volontaire européen ?

En mai 2019, je vois sur la page Facebook d’une amie une annonce urgente pour un service volontaire européen. Cela m’intrigue. J’ai déjà vaguement entendu ces mots mais jusque-là je n’y avais pas prêté attention. Je vais donc regarder ce que c’est et tout de suite c’est un déclic, c’est pour moi, il faut que je tente ma chance. Je passe la soirée à regarder des informations sur toutes les modalités de ce volontariat et j’envoie un mail à l’association CRISTEEL pour les rencontrer et en savoir plus de visu. En parallèle, en attendant une réponse de leur part, je prépare mon CV Europass, ma lettre de motivation en anglais. Puis, je reçois une réponse de CRISTEEL qui me propose un rendez-vous dix jours plus tard car ils sont très occupés. Ma décision peut paraître soudaine mais je pense que tous les ingrédients étaient réunis pour que je me décide à me lancer : je cherchais à être utile quelque part, j’ai toujours voulu partir plusieurs mois à l’étranger et le programme SVE finançait presque tout. C’était ma crainte vis-à-vis du volontariat car beaucoup de programmes sont à notre charge tout en étant bénévole plusieurs mois et je ne pouvais pas le permettre d’un point de vue financier, mais là seul un excédent de forfait de transport pour y aller pouvait être à notre charge. De plus, c’est encadré par les instances européennes et par diverses organisations en France et dans le pays d’accueil. C’était donc ce qu’il me fallait.

...

La suite mercredi prochain à 12h00 !

loader

Newsletter